La Peur nous transporte

Selon vous , la peur vous bloque-t-elle ou vous transporte-t-elle ?

Voilà un sujet d’article qui je l’espère pourrait en aider plus d’un. A tous ceux qui ont déjà renoncé à leurs rêves ou qui n’osent plus rêver ,  à ceux qui ont perdu du temps , ce temps si précieux et si limité. Pourquoi ? Vous le savez déjà , parce qu’on est sensible à certaines émotions bloquantes notamment la peur…

Cette peur de ne pas bien faire , cette peur de ne pas réussir , de se blesser , de déplaire  ou autre est souvent LE frein qui nous empêche de croquer la vie à pleines dents.

Laissez-moi vous raconter la dernière fois où j’ai été bloquée par la peur. C’était à Sestrière … en Italie.

Depuis notre naissance , la vie nous offre la possibilité de vivre de multiples expériences. Avec le temps qui passe  , nous nous rendons compte que certaines expériences nous ont été douloureuses et nous préférons nous réfugier dans notre cocon plutôt que de revivre certaines d’entres elles même si cela ferme indéniablement la porte à quelque chose de bien meilleur par la suite. Petit , nous apprenons à marcher mais pour y arriver nous avons dû chuter à de nombreuses reprises. Nous nous en souvenons plus mais tomber a été une douloureuse expérience qui ne nous a quand même pas empêché de marcher.

Petit , nous avions cette peur mais nous ne lui donnions pas autant d’importance qu’adulte or nous avons la possibilité de comprendre cette peur , de l’accepter , et d’avancer avec elle plutôt que de la laisser nous contrôler. Durant notre voyage qu’est la vie , la peur sera souvent notre compagne . Il nous faut avancer avec elle pour atteindre nos objectifs.

Alors pourquoi arrêtons-nous de marcher plus loin sur le chemin du bonheur lorsque nous sommes face à  des obstacles?

Processed with VSCO with g4 preset

J’adore la montagne , son air pur , son silence , la vue qu’elle nous offre quand nous sommes au sommet. Tout ce spectacle que nous donne cette nature stimule mes sens et me fait sentir vivante.

Je suis une femme des îles qui adore la mer , l’océan mais depuis un an je découvre les paysages montagneux et les sports d’hivers. Toujours à la recherche de nouvelles expériences , c’est tout naturellement que je me suis essayée au ski. Dévaler rapidement les pistes , sentir le vent caresser mon visage et glisser à travers ces paysages enneigés suffisait à m’enthousiasmer tout comme le fait de pouvoir me challenger sur une nouvelle activité.

Depuis ma jeunesse , j’ai toujours  voulu explorer ce que le monde a de plus beau à offrir et au fil des années j’ai su gravir chaque étape de la vie peu importe la météo , peu importe la difficulté comme nous gravissons une montagne dans le but de rechercher cette sensation de bonheur au sommet. On ne sait jamais à quoi s’attendre sur le chemin mais on espère profiter au mieux du voyage. alors on enfile ses skis , on prends les conseils nécessaires auprès des moniteurs , on n’oublie pas de prendre les précautions nécessaires de sécurité et on part à l’aventure.

Installés sur le télésiège  , différentes images défilent devant nos yeux : ces groupes de skieurs qui zigzaguent sur une petite pente avec plus ou moins de difficultés,  ces skieurs plus aguerris qui descendent les pistes à travers les hauts sapins couverts de neiges et sous un ciel d’un bleu intense et froid. Je lève les yeux et là j’admire plus clairement l’horizon et je m’aperçois que le calme est de plus en plus présent en fonction de l’altitude que l’on prend. Nous descendons du télésiège , j’admire la vue panoramique qui se présente à moi , et j’observe les skieurs qui s’engagent sur ces pistes et ces pentes plus ou moins ardues  et là … mon cœur s’emballe.

Je veux me challenger , je veux m’amuser , je me suis imaginée à plusieurs reprises dévaler ces pistes avec une grande assurance après tout j’ai fait le nécessaire , j’ai pris des cours , je suis bien accompagnée , la météo est belle , je suis en bonne condition physique mais rien n’y fait je reste plantée là , à l’entrée de cette piste qui je le veuille ou non est mon seul moyen de revenir à mon point de départ. A ce moment-là , j’ai perdu le contrôle de mon esprit et de mon corps. Je n’étais plus capable de rien , j’ai retiré mes skis et je me suis éloignés de cette pente en espérant trouver une autre solution de la descendre. Mes lèvres devenaient sèches , mon cœur s’accélérait , dans le rollercoaster de mes émotions je sentais mes larmes monter et une crise de panique s’emparer de moi.

« Mais qu’est-ce que je fou là? Je ne peux pas descendre cette pente !!! Je n’en suis pas capable  !! Qu’est-ce qui m’a prise d’essayer ? Les autres pistes étaient moins difficiles !!! , Pourquoi vouloir plus compliqué ? Mon Dieu j’ai peur … »

La vie est et sera faite ainsi : de moments de blocages plus ou moins intenses où l’on s’inflige des remarques douloureuses sur nous et nos capacités qui nous prouveraient par A+B que l’on est capable de rien et que nos rêves ne sont pas fait pour devenir réalité. C’est ainsi la peur est et restera une compagne durant toute notre existence. Cependant n’y a t-il pas une manière de vivre avec elle ? Pouvons-nous oser rêver et passer à l’action malgré la peur ? Sommes-nous vraiment  condamner à vivre sous la peur ?

Ce qui est important ce n’est pas le fait de ne pas avoir peur mais comment nous réagissons lorsque nous sommes face à elle.

« La vie c’est 10% de ce qui nous arrive et 90% de comment nous réagissons »

Heureusement , il ne m’a pas fallu une vie mais 30 minutes pour me calmer Et après avoir longuement regardé dans le vide en essayant de chercher une solution ( ou un miracle ?) à ce qui m’arrive et après avoir pris une grande respiration , je me suis motivée résignée à remettre mes skis et  à m’avancer doucement pour finalement me préparer à descendre cette piste. Pourquoi ai-je changé d’avis ? Parce que la peur que je ressentais n’était pas plus grande que mon envie de vivre et d’expérimenter. Parce qu’il m’est impossible de rester bloquée face à une situation difficile , parce que j’ai surmonté bien pire et que je connais la vie , elle ne sera belle que si je décide de l’accepter telle qu’elle est : avec ses hauts et ses bas. Aussi ,  j’ai eu une autre réflexion en somme toute perspicace : Je n’ai pas le choix , où je descends en ski , ou je descend à pieds ou sur les fesses ( pour la seconde proposition je vous laisse imaginer la galère et le temps que ça prendra 🙂 ) Mais dans tous les cas je dois descendre et que je le veuille ou non je n’ai pas le choix.

C’est alors que j’ai laissé mon corps descendre cette piste , j’ai visualisé les images de moi issues de mes rêves effectuant ce parcours. Mais la c’était mieux , j’ai les images et les sensations , je vivais ce que j’avais longtemps imaginé. Chaque virages faisaient monter l’adrénaline en moi  mais plus rien ne pouvait m’arrêter. Le vent caresse mon visage , le paysage était magnifique et je me mêlais aux autres skieurs avec qui je descendais harmonieusement la piste . Mon corps prenait plaisir à déambuler , glisser sur la neige , je devenais de moins en moins crispée et plus rapidement que je ne le crois , j’ai terminé le parcours , je suis revenu au point de départ  , j’ai réussi. « C’était pas si difficile que ça » me suis-je dis,. Il m’aura fallu une demi-heure pour me décider à passer à l’action…

30 minutes sur l’échelle d’une vie n’est rien , mais combien de personnes restent bloquées bien plus longtemps car elles n’ont pas réussi à se défaire de leurs peurs de vivre. J’ai voulu représenter la peur à travers mon aventure à la montagne car on la ressent souvent  en face d’une piste rouge , bleue ou noire mais lorsque l’on sait de quoi nous sommes capables , des outils que nous possédons et de la volonté de fer qui nous anime , alors aucune peur ne peut nous arrêter ! Au contraire , elle nous TRANSPORTE ! Elle aidera à avancer et à admirer la beauté de nos résultats une fois notre mission accomplie.

Prenez la peur telle une compagne de vie et non comme un fardeau , acceptez-la et avancer main dans la main avec elle sans qu’elle ne prenne le dessus sur vous , c’est à ce moment-là que la vie vous dévoilera ses plus beaux visages.

Amicalement ,

Processed with VSCO with s3 preset

Processed with VSCO with s3 preset

Soraïa

 

 

 

 

 

5 commentaires sur “La Peur nous transporte

  1. Bonjour et merci pour ce beau témoignage !!! Je suis tellement d’accord avec tout ce que vous avez écrit !!!
    Ça me parle tellement et j’ai toujours fonctionné comme cela dans ma vie .
    La peur ne nous lâche pas et ne nous lâchera jamais mais elle est une alié !!!
    Merci encore de me l’avoir rappelé ❤

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour Soraïa,
    merci pour ce témoignage et c’est vrai ce que tu nous dévoile. Ne laissons pas la peur nous paralyser et nous empêcher d’avancer dans nos projets et dans nos rêves. Avec mon travail j’ai eu des occasions de dépasser ma peur, notamment du vide. La peur m’a paralysé un instant mais après je me suis lancé. J’ai surmonté ma peur. C’est une leçon de vie pour toutes les occasions 🧡💛

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s